archeoprovence

alpes-maritimes

 


Localisation : inventaire des sites et localisation
Cette sépulture se trouve à 3,7 km au nord de Saint-Cézaire, sur la pente sud d'une colline, près d'un chemin allant du col de la Lèque à Camp Long.

tombe en bl...
tombe en blocs de Clauds ou Sargier 1970 tombe en blocs de Clauds ou Sargier 1970

Tombe en blocs de Clauds ou Sargier - 1970


Citée par A. de Maret en 1877 sous le nom de "Dolmen des Clauds", Rivière en 1880, Rivière mentionne également le dolmen de Sargier, ainsi que Cheneveau en 1968. Sauzade n'y voit qu'un seul site, mais il est possible qu'une tombe n'ait pas été retrouvée.

La tombe en blocs de Clauds ou Sargier a été retrouvée en 1960 par J.C. Duret qui a tamisé les déblais.

Cette tombe en blocs, à chambre circulaire de 1,10 m de diamètre, au centre d'un tumulus de 4 m de diamètre.

Le matériel archéologique
De Maret y trouva "une bague en bronze et un autre morceau du même métal". Le mobilier découvert par Duret est conservé au Musée de Grasse sous le nom de "tholos de la Lèque" : une armature foliacée biface à retouche couvrante cassée, deux anneaux ouverts en bronze ou en cuivre, de section carrée ou rectangulaire, une alène bipointe de section carré en cuivre ou bronze, un fragment de perle en cuivre ou bronze, un eperle discoïde en calcaire.


Datation
Selon G. Sauzade, le dernier à l'avoir étudiée, cette tombe doit être attribuée au Chalcolithique récent et à l'âge du Bronze



Bibliographie

GASSIN Bernard

Atlas préhistorique du midi méditerranéen, feuille de Cannes, CNRS, Paris, 1986 - p. 78

COTTE, Documents sur la Préhistoire de la Provence, t. II, 1924

CHENEVEAU René
, Liste des mégalithes, pseudo-mégalithes et tumulus des Alpes-Maritimes, Mém. IPAAM, t. XI, 1968, p. 89-90

SAUZADE Gérard
, Les deux tombes du Prignon et les dolmens de Saint Cézaire (Alpes-Maritimes), BAP, N°4, 1979 p. 30


COURTIN Jean

Le Néolithique de la Provence. Mém. de la S.P.F., T. XI, p. 224.

MARET A. de
Les dolmens de Saint-Cézaire, Materiaux pour l'Histoire Primitive et naturelle de l'Homme, t. VIII, 1887. p.326-329

RIVIERE Emile
De l'Antiquité de L'Homme dans les Alpes-Maritimes - Paris - 1887

RIVIERE Emile
Nouvelles Recherches dans les Alpes-Maritimes, AFAS, Reims - 1880, p. 622-628

0
0
0
s2sdefault

 


Tumulus de la Croix de Cabris N° 1

 

Localisation : inventaire des sites et localisation
Ce tumulus est situé sur l'ancien chemin de Saint-Vallier à Cabris, au lieu dit Croix de Cabris, au croisement de plusieurs chemins

Tumulus cro...
Tumulus croix de Cabris 1 1970 Tumulus croix de Cabris 1 1970
Tumulus cro...
Tumulus croix de Cabris 1 1970 Tumulus croix de Cabris 1 1970

Tumulus cro...
Tumulus croix de Cabris 1 1974 Tumulus croix de Cabris 1 1974

Tumulus cro...
Tumulus croix de Cabris 1 2005 Tumulus croix de Cabris 1 2005

 Tumulus de la Croix de Cabris N°1 (crédits photos - 1970 : G. Sauzade, 1974 : M. Gourdon, 2005 : A. Blazit)
  

Fouillé par Bottin avant 1899 (N°3 de sa liste), revu par Gérard Sauzade en 1970
Bottin récolta des ossements fragmentés, un squelette qui semblait en partie en place, à l'ouest de la tombe, avec "de légères traces de crémations" et des charbons.

Le mobilier archéologique se composait d'une épingle en bronze, à tête subconique, "ornée tout autour de la tête d'une petite dentelure et de six lignes transversales" de 170 mm de long, d'une rondelle d'étain percée au centre, de tessons divers, d'une pointe en silex.
Bernard Gassin signale des éléments provenant de ce tumulus dans la collection Bottin au musée d'Histoire de Provence à Grasse. Il s'agit de trois coquillages (deux Mesodesma Cornea poli, une valve de cardium), un tesson décoré d'incisions profondes, des tessons divers.

La dation proposée est le Bronze final III (épingle)



Tumulus de la Croix de Cabris N° 2

 

Localisation : inventaire des sites et localisation
A cinquante mètres au sud du précédent, entre les collines du Lautéron et des Audides

Tumulus cro...
Tumulus croix de Cabris 2 1970 Tumulus croix de Cabris 2 1970

Tumulus cro...
Tumulus croix de Cabris 2 2005 Tumulus croix de Cabris 2 2005

Tumulus de la Croix de Cabris N°2
Crédits photos : 1970 G. Sauzade / 2005 A. Blazit

 

Fouillé par Bottin avant 1899 (N°4 de sa liste)
Selon Bottin, il se présentait sous la forme d'un cône de 50 m de diamètre et de 2 m de haut. Selon Cheneveau, il n'aurait que 12 m de diamètre.
Bottin mis au jour, "à cinquante centimètres du sommet", quelques os longs et quelques dents, deux boutons à rivet, une pointe en silex, plusieurs tessons "ornés de lignes creuses".
Bernard Gassin a vu dans la collection Bottin à Grasse, 2 tessons d'un vase ovoïde, portant un mamelon au contact du bord, à pâte brune, à surface raclée, de 19 cm de diamètre à l'ouverture.

La datation proposée est Bronze-Bronze final.





Tumulus de la Croix de Cabris N° 3

 

localisation : inventaire des sites et localisation

Tumulus cro...
Tumulus croix de Cabris 3 1970 Tumulus croix de Cabris 3 1970
Tumulus cro...
Tumulus croix de Cabris 3 1970 Tumulus croix de Cabris 3 1970
Tumulus de la Croix de Cabris N°3

 


Bibliographie

 

GASSIN Bernard, Atlas Préhistorique du Midi Méditerranéen, feuille de Cannes, 1986

BOTTIN Casimir, Découverte et fouille de neuf tombes aux environs de Saint-Vallier A.-M., Ann. Soc. Lettres Sciences et Arts des A.-M., t. XVI, 1899

COTTE V. , Documents sur la préhistoire de la Provence, Aix, t. IV, 1924, p. 145

VINDRY Georges, Un siècle de recherches préhistoriques et protohistoriques en Provence orientale, Doc. D'archéologie Méridionale, t. 1, 1978

CHENEVEAU René, Liste des mégalithes, pseudo-mégalithes et tumulus des Alpes-Maritimes, Mém IPAAM, t. XI, p. 81








 

0
0
0
s2sdefault
Tumulus 1 à 7 de Canaux

Il se situent sur la commune d'Andon,
par l'unique route d'accès au village de Canaux, il faut poursuivre 2 km après le village, la nécropole tumulaire se trouve en contrebas de la route sur la gauche, derrière les champs cultivés sur un terrain karstifié. Elle s'organise d'est en ouest.

A noter dans la proche périphérie, la "grotte Bottin ou du Cafard" ayant livré des restes humains et de la céramique de l'age du bronze, des charbons de bois et de restes fauniques. "On y pénètre par un étroit passage actuellement obstrué de grosses pierres... Les quelques fouilles pratiquées dans un coin de la grande salle...nous ont permis de constater qu'elle avait été habitée. C'est la présence de foyers, de pierres calcinées, de charbon, de cendres, de fragments de poterie très grossière et seulement cuite au soleil, ainsi que quelques os de bêtes brisés ; qui a établi sa destination primitive". (Bottin 1897)

Grotte Bottin ou du Cafard
La grotte Bottin ou du Cafard, 2010.


A proximité également, se trouve la "grotte des Poteries", en contrebas du village de Canaux, fouillée en partie par G. Vindry dans les années 70 et qui a révélé de nombreuses inhumations et du mobilier s'échelonnant du Chalcolithique au Bronze.

Grotte des Poteries
La grotte des Poteries en 2001.

Imprimer


Découverts en 1885 par Casimir Bottin, il s'agit de 7 petits tertres de 7 à 12 m de circonférence, alignés d'est en ouest. Ces différentes structures ont été bouleversées à des périodes antérieures. Une fouille de révision a été réalisée par G. Sauzade.


Tumulus N° 1


Bottin nous livre ses observations : "Cette sépulture est située au commencement de la colline du côté de l'est ; elle présente un petit tertre formant tumulus de 8 mètres environ de circonférence, toutes les pierres devant former la sépulture avaient disparu : cependant, malgré son désordre intérieur, nous avons reconnu que cette tombre ne devait contenir qu'un seul squelette de structure ordinaire, devant être orienté de l'ouest à l'est , accompagné seulement de quelques vases en terre fabriqués avec une pâte noire, fine, crue, assez homogène, dépourvus de toute sorte d'ornement et était dépourvue aussi de toute espèce d'arme"


Tumulus N° 2

Il se présente sous la forme d'un "tertre de 10 à 12 m de circonférence, sa perspective extérieure, les grosses pierres renversées qui gisaient sur le sol, que les bergers avaient disposées pour donner du sel au bétail, tout enfin indiquait la présence d'une sépulture importante; et l'on verra par le résultat de nos fouilles que nous n'avons pas été trop trompés dans notre attente. Toute les pierres devant former la sépultue avaient disparu, sauf une ordinaire restée sur place du côté de l'ouest et qui devait être suivie d'une série d'autres, disposées en cercle ou en carré pour former la tombe."
J. Courtin interprète la sépulture en terme de tholos possible. L’incertitude du fouilleur et la présence de grosses pierres plates renversées pourraient indiquer qu’il s’agissait à l'origine d’un dolmen.

andon tholo...
andon tholos de canaux 2 1974 andon tholos de canaux 2 1974
Il recelait selon Bottin, les restes de 20 à 25 individus. Des crânes y ont été retrouvés, accompagnés de parures : plaques d'os, perles en virgule ou en griffe, perles discoïdes en test de coquilles marines, spath, calcaire, jais et stéatite, une canine de sanglier (Sus scrofa), un bouton conique en os à perforation en V, 2 rondelles hemisphériques en os et 3 objets de bronze (une armature de flèche en forme de feuille de laurier, l'extrémité d'un poignard et un très petit anneau). A ces objets s'ajoutent des restes fauniques et des dents de carnassiers. Une partie du contenu archéologique de cette hinumation a été vidé pour faire place à de nouvelles inhumations. En effet, un poignard en silex de 15 cm de long et une longue armature de flèche pédonculée, accompagnés de perles en stéatite et des fragments d'ossements humains ont été trouvés dans le tumulus aux abords immédiats de la chambre. (cf doc 2 ci-dessous)

tumulus_2_canaux_1a

Doc 1 : matériel récolté par G. Sauzade, tumulus N°2  - De gauche à droite, alène en cuivre,
pendeloques en crochet ou griffes en os, perles en calcaire, os ou test.

Les alênes sont quasi systématiquement des objets bipointes de section carrée, dont la fonction reste indéterminée, mais que de rares exemplaires emmanchés dans un tube en os, comme à Saint-Vérédème à Sanilhac (mentionnée par Barge-Mahieu 1995) classent dans les outils plutôt que dans les parures de type piercing. Leur répartition selon H. Barge-Mahieu montre une concentration en Languedoc oriental et dans une moindre mesure en Provence occidentale, ce qui n’est pas confirmé dans les publications des sites campaniformes du Languedoc. Il faut alors envisager que leur concentration languedocienne correspond à la culture de Fontbouisse, alors qu’en Provence elles sont le plus souvent associées au Campaniforme. Sur un plan plus général, il semble s’agir d’un objet essentiellement méditerranéen présent dans la péninsule ibérique, l’Italie et les îles méditerranéennes avec de notables extensions rhodaniennes jusqu’à la Suisse et au sud du Jura (Barge-Mahieu 1995).
Ces alênes s’associent à tous les styles de céramique décorée. Les alênes losangiques doivent, en revanche, être rattachées au Bronze ancien et sont présentes sur plusieurs sites à céramique à décor incisé et barbelé. Des variantes morphologiques des alênes sont présentes avec des alênes rondes – carrées, rares. (Lemercier 2002)

tumulus_2_canaux_1b

Doc 2 :  matériel récolté par G. Sauzade, tumulus N°2  - Poignard en silex, armature de projectile pédonculée, perles en stéatite.


Tumulus N° 3

andon tholo...
andon tholos de canaux 3a 1974 andon tholos de canaux 3a 1974
andon tholo...
andon tholos de canaux 3b 1974 andon tholos de canaux 3b 1974




A 100 m de précédent. Cette sépulture "présente un petit tertre assez bombé, avec quelques pierres disposées au dessus provenant sans doute de la destruction de la sépulture ; une de celles qui devait former le cercle de la tombe se trouve encore placée du côté de l'ouest dans sa disposition primitive. Nous avons constaté que cette tombe, malgré son désordre intérieur, ne renfermait les restes que d'une jeune personne devant être orientée de l'ouest à l'est ; les ornements que nous avons recueillis, quoique peu nombreux, sont assez précieux et marquent un manque d'attention de la part des profanateurs ; ces ornements se composent de deux petits bracelets ouverts tige quadrangulaire de 0,048 m destinés à un bras très grêle.
Une bague à fil metallique à triple enroulement, diamètre intérieur des plus grêle, le bout de notre petit doigt entre à peine.
Un anneau fermé, épaisseur 0,003  m, diamètre intérieur 0,015 m qui a pu servir de bague. Ces quatre objets représentent, à ne pas en douter, la parure d'une jeune personne de 15 ou 16 ans au plus, le tout accompagné de quelques tessons de poteries. Ces vases étaient fabriqués d'une pâte très noire, fine et assez homogène. une grande dalle de 1,50 m de long sur 1,50 m de large, qui gît renversée du côté de l'ouest, indique qu'elle devait être disposée sur la sépulture en guise de table."



Tumulus N° 4


andon tholo...
andon tholos de canaux 4 1974 andon tholos de canaux 4 1974
Situé à 10 m du précédent, ce tertre renfermait tout au plus trois squelettes en très mauvais état. Outre de la poterie analogue aux précédentes, une aiguille courbe à chas losangique en bronze a été également découverte. Ce type de mobilier a été identifié dans des ensembles datables du Hallstat A en Haute-Bavière (H Muller-Karpe)


Tumulus N°5

andon tholo...
andon tholos de canaux 5a 1974 andon tholos de canaux 5a 1974
andon tholo...
andon tholos de canaux 5b 1974 andon tholos de canaux 5b 1974



A 10 m du précédent. "les premières fouilles ayant été entreprises à notre insu, nous ne nous y sommes arrêtés un moment que pour la forme, et parce qu'elle fait partie de la série de nos découvertes, le tertre devant former le le tumulus de cette sépulture avait disparu et il ne restait qu'un petit exhaussement gazonné comme une prairie, au milieu de laquelle apparaissait, à fleur du sol, la sépulture formée par dix pierres ordinaires, disposées sur un carré de 1,20 m de long sur 1,50 m de large, une grande dalle semblable à celle de la sépulture précédente gît à côté et elle devait servir à recouvrir la tombe ; nous ignorons si on a trouvé quelques objets d'ornement, pour ce qui nous concerne nous avons rencontré deux petites perles d'ornement semblables à celles recueillies dans la tombe N°2. Et nous sommes d'avis que cette sépulture ne devait contenir que deux outrois squelettes."


Tumulus N°6

andon tholo...
andon tholos de canaux 6 1974 andon tholos de canaux 6 1974
A 100 m du précédent, ce tertre de 10 m de circonférence a livré les restes de 2 adultes et d'un enfant, orientés ouest-est. Le mobilier se composait de perles blanches tirées de polypiers marins, d'une alène et d'une épingle à cheveux à tête ovoïde pointue percée en bronze. Ce type de mobilier est datable du Bronze moyen (G. Bailloud)


Tumulus N°7


andon tholo...
andon tholos de canaux 7 1974 andon tholos de canaux 7 1974

A 150 m plus à l'ouest. "Elle présente un joli tertre en forme de tumulus assez relevé, formé d'une quantité de pierrailles, remplie de buis, d'un aspect très abrupt et d'une forme très régulière... Il y avait lieu d'espérer ici la présence d'une tombe non profanée. Cependant, nous avons été trompés dans notre attente ; cette sépulture a été trouvée dépourvue de tout objet d'ornement et ne renfermant que les restes d'un fort squelette paraissant d'une structure au dessus de la moyenne, qui devait être orienté de l'est vers l'ouest. Quelques restes de vases, d'une pâte très noire comme celle des précédents étaient les seuls vestiges d'ornement que nous y avons rencontrés, néanmoins, nous devons nous arrêter sur la particularité d'une anse semblable à la queue d'une cuillère. Cette anse se sépare à quatre centimètres, sur lequel probablement s'appuyait le fond d'une espèce de coupe qui devait servir à boire. Une anse à peu près analogue avit été trouvée par nous, au tumulus N°11, situé au quartier des Mauvans; cette sépulture contenait aussi quelques débris d'os brûlés."


Ces tumulus ont été réutilisés au bronze moyen/final et partiellement vidés à cette occasion comme le prouve le mobilier d'horizon Chalcolithique découvert à la surface des tumulus.


Bibliographie


BOTTIN C. - Tumuli des Canneaux ou d’Andon près de Saint-Vallier-de-Thiey, Bulletin de l’Académie du Var, 1897.

GOBY P.
- Coup d’oeil d’ensemble sur le préhistorique de l’arrondissement de Grasse, et notamment sur ses dolmens, tumulus et sépultures, Congrès Préhistorique de France, Vannes, 1906, p. 382-410.


COTTE V
. - Documents sur la préhistoire de Provence, Aix-en-Provence : Editions A. Dragon, 4 volumes, 1924.

COURTIN J. - Le Néolithique de la Provence, Paris : Klincksieck, 1974, 355 p. (Mémoire de la Société Préhistorique Française, 11). 1974


0
0
0
s2sdefault

Le tumulus ou tholos de la Colette à Escragnolles, se trouve près du hameau de la Colette à une altitude de 1000 m.
Localisation : carte de l'inventaire des sites


Description


Cette structure funéraire se présentait sous la forme d'un tumulus de pierre (plates) de 10 m de diamètre et 1,5 m de hauteur. Selon Marcellin Chiris, qui fouilla la tombe en 1880, le sommet présentait un cercle de pierres régulier de 5 m de diamètre dont il est délicat de préciser la datation. La place de la « couche à ossements » de 3,5 m de diamètre et 25-30 cm d’épaisseur par rapport à la chambre évoquée n’est pas précisée.
J. Courtin évoque la possibilité d’une tholos pour ce monument bien que les descritpion de Chiris sur lesquelles il se fonde soient relativement imprécises. Il s'agirait alors d'une tombe à chambre ronde, pourvue d'une voute en encorbellement, dont la structure se serait effondrée.


Le mobilier archéologique


Il comprend 3 tessons correspondant à 3 vases distincts. Un tesson est décoré de lignes incisées horizontales et d’une bande en fermeture éclair incisée (phase 3 / Lemercier 2002). Un tesson présente 3 lignes horizontales réalisées au peigne et le troisième présente une bande croisillonnée au peigne encadrée de deux bandes réservées.
Ces éléments sont rattachable à la période Campaniforme.
De nombreux tessons non décorés ont été mis également au jour.

La sépulture contenait les restes d'une trentaine de squelettes adultes et enfants selopn Chiris. Parmi ceux-ci ont été découvertes des rondelles osseuses découpées dans des os crâniens. Leur interprétation reste problématique

tholos la collette chiris 1885 1

Fouille Chiris 1885 - restes humains (D.R. Barbiero - Musée d'Histoire de Provence - Grasse)


L’industrie lithique taillée comprend quatre lames en silex dont une de 10 cm à section trapézoïdale, une armature biface foliacée allongée et épaisse et un fragment de poignard à retouches « en pelures » et face inférieure plane polie.

La parure comprend des fragments d’un brassard d’archer en grès fin probablement à quatre trous. Et des petites perles irrégulières en « callais » (variscite ?), minéral voisin de la turquoise de provenance lointaine.



tholos la collette chiris 1885 2

Fouille Chiris 1885 -  (D.R. Barbiero - Musée d'Histoire de Provence - Grasse)


 

Les objets métalliques : une alêne bipointe à section carrée en cuivre de 115 mm dont l'analyse a donné : arsenic 0,61, argent 0,03, nickel 0,03, bismuth 0,022, traces d’antimoine et de fer. (Dr Schröder Landesmuseum de Stuttgart).

la_colette_tumulus_courtin
Le matériel archéologique d'après Jean Courtin


Bibliographie

CHIRIS M. – Mémoire sur un tumulus de l’époque néolithique situé à la Collette, Escragnoles (Alpes-
Maritimes), Draguignan, 1889.

COTTE V. – Documents sur la préhistoire de Provence, Aix-en-Provence : Editions A. Dragon, 4
volumes, 1924.

COURTIN J. – Les dolmens à couloir de Provence orientale, L’Anthropologie, LXVI, 3-4, 1962, p. 269-
278. 1962.

COURTIN J. – Le Néolithique de la Provence, Paris : Klincksieck, 1974, 355 p. (Mémoire de la Société
Préhistorique Française, 11). 1974

GASSIN B. – Atlas préhistorique du Midi méditerranéen, feuille de Cannes, Paris : CNRS, 1986.

GOBY P.  – Coup d’oeil d’ensemble sur le préhistorique de l’arrondissement de Grasse, et notamment
sur ses dolmens, tumulus et sépultures, Congrès Préhistorique de France, Vannes, 1906, p. 382-410.

TREINEN F. – Les poteries campaniformes en France, Gallia Préhistoire, Tome XIII, 1970, 1 p. 53-107,
2 p. 263-332. 1970

LEMERCIER O. - Le Campaniforme dans le sud-est de la France. De l’Archéologie à l’Histoire du troisième millénaire avant notre ère. Thèse de doctorat. Aix, 2002.

 

0
0
0
s2sdefault

Localisation et accès

Situé sur la commune d'Escragnolles,  à 500 m au sud-est de la Chapelle Saint Pons.

Imprimer


Description

La structure est érigée au centre d'un tumulus ovalaire de 10,50 m (axe nord-sud). La chambre de 1,50 m X 1,30 m est délimitée par trois dalles en calcaire local dressées sur ses côtés nord, est et sud. La dalle sud, 2 m X 2,80 m, plus longue, dépasse à l'est la dalle de chevet. Un des piliers situé à l'origine à l'entrée de la cella, se trouve désormais couché dans cette dernière. L'entrée s'ouvre à l'ouest sur un couloir de 3 m de long et un peu plus d'1,20 de large. Il est formé d'une dalle et de murets en pierre sèche. Certains blocs se trouvant à l'heure actuelle sur le tumulus sont vraisemblablement des éléments de ce couloir. Un bloc imposant gîsant sur le tumulus correspond à ce qui devait être la dalle de couverture du monument.

Escragnolles_Dolmen_de_la_Collette_b_Plan_1974
Relevé du dolmen par M. Gourdon, 1974.

dolmen des ...
dolmen des claps ou de la colette 1950 dolmen des claps ou de la colette 1950

Dolmen de la Colette dans les années 50, crédits J. Luzi (SIIVU)


Les clichés suivants pris en 1974 par M. Gourdon nous montrent une structure déjà affectée par les actions anthropiques. La végétation, quand à elle, restant peu invasive sur le site. On note toutefois la présence d'un chêne pubescent sur le tumulus, discret dans les années 70 et qui 40 ans plus tard occupe une place plus importante.


dolmen des ...
dolmen des claps ou de la colette 1974 dolmen des claps ou de la colette 1974
dolmen des ...
dolmen des claps ou de la colette 1974 dolmen des claps ou de la colette 1974
dolmen des ...
dolmen des claps ou de la colette 1974 dolmen des claps ou de la colette 1974
dolmen des ...
dolmen des claps ou de la colette 1974 dolmen des claps ou de la colette 1974
Dolmen de La Colette en 1974. M. Gourdon    



Historique et matériel archéologique


Le monument a été fouillé par Chiris.

Le matériel archéologique comprend 2 perle à ailettes, des perles discoides, une dent percée et une perle olivaire. Ce mobilier évoque le chalcolithique.

Selon M. Gourdon, des pointes de flèches, des grattoirs et des perles en schistes auraient été également mis au jour.

Le Dolmen des Claps a pour particularité de disposer d'un tumulus en relatif bon état, que l'on distingue facilement ce qui n'est pas le cas de nombreux autres mégalithes du secteur dont les tumulus sont très souvent occultés par la végétation. Malheureusement, la structure du dolmen est dégradée, et ce n'est pas ici une exception à la règle.

 

Bibliographie


GOBY Paul
Coup d'oeil d'ensemble sur le préhistorique de l'arrondissement de Grasse, 2ème CPF Vannes, 1906

COTTE

Documents sur la Préhistoire de la Provence, t. IV, 1924

CHENEVEAU René

Liste des mégalithes, pseudo-mégalithes et tumulus des Alpes-Maritimes, Mém. IPAAM, t. XI, 1968

COURTIN Jean
Les dolmens à couloir de Provence Orientale, L'anthropologie, t. 66
, 1962

COURTIN Jean

Le JNéolithique de la Provence, Mémoires de la SPF, t. 11, 1975

GOURDON Michel
Le Néolithique et l'Age du bronze dans les Alpes-Maritimes, mém. de maîtrise d'histoire, université de Nice, 1975


GASSIN Bernard

Atlas Préhistorique du Midi Méditerranéen, feuille de Cannes, 1986

0
0
0
s2sdefault