archeoprovence

alpes-maritimes

Bourguignat en prend connaissance en 1866 grâce au signalement de deux habitants de Saint-Cézaire sur Siagne. Le dolmen est fouillé par lui-même, puis par A. De Maret (1877), Emile Rivière (1879) et Paul Goby vers 1900, visité par les membres du congrès international de Monaco en 1906 et fouillé par Gérard Sauzade vers 1970.

dolmen des ...
dolmen des bernards (saint-cézaire) dolmen des bernards (saint-cézaire)


En 1906, Goby parle des Dolmens de l'Aspe et des Bernards, il semble que Goby ait pris le dolmen des Bernards pour un deuxième alors qu'il n'existe en fait qu'un mégalithe dans ce secteur. L'erreur a été reprise par Cotte (1924) et Courtin en 1974.

De Maret décrit le monument comme en partie ruiné. Cheneveau (1968) parle d'un tumulus de huit mètres de diamètre avec une chambre de 2,15 m sur 1,35 m dont subsistent une dalle au nord, un muret au sud deux piliers au sud-ouest et la dalle sud d'un petit couloir. Cette description correspont au plan publié par Bourguignat en 1875 qui indique en plus, deux dalles à l'ouest et une dalle de seuil.

Matériel archéologique perdu.

Bibliographie

GASSIN Bernard, Atlas préhistorique du midi méditerranéen, feuille de Cannes, CNRS, Paris, 1986.

BOURGUIGNAT Jean-René, Monuments mégalithiques de Saint-Cézaire, près Grasse, Mémoire de la société des Sciences Naturelles et Histoire, des Lettres et Beaux-Arts de Cannes et de l'arrondissement de Grasse, t. V, 1875.

GOBY Paul, Coup d'oeil d'ensemble sur le préhistorique de l'arrondissement de Grasse, 2ème CPF, Vannes, 1906

MARET A. de, Les dolmens de Saint-Cézaire, Matériaux t. VIII, 1877


RIVIERE Emile, Nouvelles recherches dans les Alpes Maritimes en 1879, Congrés AFAS, 1880

RIVIERE Emile, De l'antiquité de l'homme dans les Alpes-Maritimes, 1887


CASTANIER Paul, Histoire de la Provence dans l'antiquité, t. I, La Provence Préhistorique et protohistorique, Paris-Marseille, 1893

COTTE V., Documents sur la préhistoire de la Provence, Aix, t. IV, 1924

GOBY Paul, Dolmens de Provence, XI ème congrès Rhodania, Cannes-Grasse, 1929

CHENEVEAU René, Liste des mégalithes, pseudo-mégalithes et tumulus des Alpes-Maritimes, Mém IPAAM, t. XI, p. 92-93

SAUZADE Gérard, Les deux tombes du Prignon et les dolmens de Saint-Cézaire, 1979

COURTIN Jean, Le Néolithique de al Provence, Mem. SPF, t. 11, p. 223
0
0
0
s2sdefault

Localisation et accès

JavaScript doit être activé pour utliser les cartes Google.
Il semble que JavaScript soit désactivé ou non supporté sur votre navigateur.
Pour voir les cartes Google Maps, activez JavaScript en changeant les options de votre navigateur, puis rechargez la page.

Imprimer

Coordonnées Lambert  x=961,99 y=3159,949 z=463

L'accès s'effectue derrière l'usine, en stationnant sur un petit parking sur la route des Grottes.

Appelé aussi Dolmen de la Grau, il a été découvert en 1866 par Bourguignat. Ce dolmen se trouve à quelques dizaines de mètres du carrefour de la route de Saint-Cézaire à Cabris et de la bretelle qui mène à la grotte touristique de Saint-Cézaire. En 1995, l'implantation d'une usine a proximité immédiate du dolmen nécessite l'intervention du Service Régional d'Archéologie. On effectue des sondages en périphérie du monument mais ces derniers n'ont révélé aucun indice archéologique.  Aujourd'hui, le dolmen est inclus dans le périmètre de l'usine, le site est complètement dénaturé. Ce monument a été classé MH en 1889, il paraît inconcevable d'avoir laissé s'implanter une usine à quelques mètres alors que les terrains alentours ne manquaient pas.

Fouillé en 1866 par Bourguignat qui n'y vit "qu'un amas confus d'ossements brisés et de tessons", puis par De Maret vers 1875, Rivière en 1879, Goby en 1900 et 1904 et enfin Sauzade en 1971.

Cette photo du dolmen de la Graou a été réalisée par Paul Goby au début du XX ème siècle. Ces vieux clichés de plus d'un siècle sont très intéressants car ils permettent des observations directes sur la structure du dolmen et sur sa périphérie. On remarque ici que le couvert végétal est extrèmement clairsemé contrairement à ce que l'on peut observer de nos jours, et ce constat est valable pour l'ensemble du pays grassois. La progression du couvert végétal a souvent pour conséquences de porter atteinte à l'intégrité des mégalithes, surtout lorsque rien n'est fait pour la stopper. Le remplissage du couloir semble encore important, les préhistoriens de l'époque fouillant en priorité la chambre. On distingue la dalle de seuil (décrite plus bas) entre les piliers.

graou_bottin_2

(doc 1 : le dolmen au début du XXè siècle, photo Paul Goby)

graou_1994_del_fabbro_2

(doc 2 - Le dolmen de la Graou avant l'implantation de l'usine, Del Fabbro, 1994)

graou_b1994_del_fabbro_2
(doc 3 - Le dolmen de la Graou avant l'implantation de l'usine, Del Fabbro, 1994)

Description

Le dolmen, au centre d'un tumulus de 16m de diamètre traversé par un mur en piere sèche récent, se compose d'une chambre rectangulaire de 1,90m x 1,50 m, formée de trois orthostates à l'est au sud et au nord, complété par un muret dans l'angle sud-est et de deux piliers à l'ouest  (1,85 m et 1,35 m) formant une entrée de 65 cm autrefois barrée par une dalle de seuil de 43 cm de hauteur et s'ouvrant sur un couloir de 2,15 m de long et 1,13 m de large.

Graou_Courtin
(doc 4 - La topographie du dolmen par Jean Courtin)

graou_plan_b
(doc 5 - Plan du dolmen)


dolmen de l...
dolmen de la graou (début XXème) dolmen de la graou (début XXème)
dolmen de l...
dolmen de la graou 2009 dolmen de la graou 2009
Le dolmen de la Graou début XXIème (P. Goby ?) Le dolmen de la Graou en 2009 (A. Chabaud)


Un siècle sépare ses deux clichés du dolmen pris sous le même angle à peu de chose près. Le monument très imposant de par son architecture a bien résisté bien que fortement occulté par la végétation. Le site est par contre complètement dénaturé par la présence de cette usine, de grillages et d'un mur de pierre coupant le tumulus. Nous avons ici le parfait exemple d'un monument idéalement situé en bordure de route, doté d'une architecture monumentale qui en fait un digne représentant des mégalithes provençaux typiques, sacrifié pour des intêrets dont on s'imagine bien loins de la préservation et la mise en valeur du patrimoine archéologique. On peut se demander si le classement en tant que M.H. a eu une quelconque incidence sur le site. Lorsqu'on sait que la législation concernant l'urbanisation est particulièrement drastique aux abords de tels édifices, cela laisse rêveur. Sur de nombreux sites internet vantant le patrimoine de Saint-Cézaire, le dolmen de la Graou classé Monument Historique est systématiquement évoqué.  On imagine bien le désarroi du visiteur arrivant aujourd'hui sur les lieux en découvrant le triste spectacle.


Le mobilier archéologique


Les seuls vestiges connus comprennent des ossements humains, dont une partie étaient brûlés, une pointe de flèche en silex, des tessons dont certains micacés (Goby), trois perles en dentallium, un fil de bronze et des haches polies.

Ce dolmen est datable du Chalcolithique avec une possible réutilisation à l'Age du Bronze.



Bibliographie


BOURGUIGNAT Jean-René, Monuments mégalithiques de Saint-Cézaire, près Grasse, Mém Soc. Sc Nat. et Hist. des Lettres et Beaux-Arts de Cannes et de l'Arrondissement de Grasse, t. V, 1875


MARET A. de, Les dolmens de Saint-Cézaire, Matériaux, t. VIII, 1877

RIVIERE Emile, Nouvelles recherches dans les Alpes-Maritimes, Congrès AFAS, 1880

RIVIERE Emile, De l'antiqquité de l'homme dans les Alpes-Maritimes, 1887

CASTANIER Paul, La provence préhistorique et protohistorique, 1893

GOBY Paul, Coup d'oeil d'ensemble sur le préhistorique de l'arrondissement de Grasse, 2ème CPF Vannes, 1906

GOBY Paul, les dolmens de la "Grau" et de "Lou Serre Dinguille", Congrès AFAS, 1906

RIVIERE Emile, Vente aux enchères publiques, importante collection de préhistoire, Paris, Hôtel Drouot, 15-16 mai 1922

COTTE, Documents sur la Préhistoire de la Provence, t. II, 1924

GOBY Paul, Les dolmens de Provence, XI congrès Rhodania Cannes Grasse, 1929

DANIEL G., The prehistoric chambers tombs in france, London, 1960

CHENEVEAU René, Liste des mégalithes, pseudo-mégalithes et tumulus des Alpes-Maritimes, Mém. IPAAM, t. XI, 1968

COURTIN Jean, Le néolithique de la Provence, Mém. SPF t. XI, 1974

GOURDON Michel
Le néolithique et l'Age du Bronze dans les A.-M., mém. de maîtrise d'histoire, Université de NIce, 1956.

COURTIN Jean, Les dolmens de Provence, Livret guide B2, Congrès UISPP NICE, 1976

SAUZADE Gérard, Les deux tombes du Prignon et les dolmens de Saint Cézaire (Alpes-Maritimes), BAP, N°4, 1979

GASSIN Bernard, Atlas Préhistorique du Midi Méditerranéen, feuille de Cannes, 1986

LLOPIS E, GALICE F, Saint-Cézaire - Dolmen de la Graou, document final de synthèse, SRA PACA, 1995

SOULIER P. dir., La France des Dolmens et des sépultures collectives, 1998

0
0
0
s2sdefault
Cette sépulture se situe à 2,5 km à l'ouest de Saint-Vallier, sur le chemin de Saint-Jean, 250 m au sud est de la croix métallique où la route plonge vers les gorges de la Siagne et où l'on emprunte le chemin pour se rendre au lieu-dit "Ponnadieu".

tombe en bl...
tombe en blocs de mala graou 1974 tombe en blocs de mala graou 1974

Tholos ou tombe en blocs de Mala Graou en 1974 (M. Gourdon)















Historique

Fouillée vers 1880 par Bottin et revue par Sauzade en 1970, la sépulture est formée d'une dalle au nord, et de blocs pour les autres côtés, délimitant une chambre carré de 1,30 m de côté, avec un ouverture à l'ouest. C'est Gérard Sauzade qui utilise en 1979  le terme de "tombe en blocs" (par opposition aux dalles plates utilisées pour la construction des dolmens), généralement de forme circulaire, parfois polygonales et de formes réduites.

Le matériel archéologique

La tombe en bloc renfermait selon Bottin, un seul squelette, la tête à l'ouest, avec quelques tessons, deux silex, quatre incisives de boeuf, des charbons et des os brûlés.

Courtin date le site du Chalcolithique


Bibliographie

BOTTIN Casimir, Mémoire sur neuf tumuli de la période néolithique, Ann. Soc. Lett. Sc. et Arts des A.-M., 1885

CASTANIER Paul, Histoire de la Provence dans l'antiquité, t. 1,  La Provence préhistorique et protohistorique, Marseille-Paris, 1893


GOBY Paul
, Coup d'oeil d'ensemble sur le préhistorique de l'arrondissement de Grasse, 2ème CPF Vannes, 1906

COTTE
, Documents sur la Préhistoire de la Provence, 1924

CHENEVEAU René
, Liste des mégalithes, pseudo-mégalithes et tumulus des Alpes-Maritimes, Mém. IPAAM, t. XI, 1968

COURTIN Jean, Le néolithique de la Provence, Mém. SPF, t. 11

GOURDON Michel, Le néolithique et l'Age du Bronze dans les A.-M., mém. de maîtrise d'histoire, Université de NIce, 1956.

SAUZADE Gérard, Les deux tombes du Prignon et les dolmens de Saint Cézaire (Alpes-Maritimes), BAP, N°4, 1979

GASSIN Bernard, Atlas préhistorique du Midi Méditerranéen, feuille de Cannes, CNRS, 1986

0
0
0
s2sdefault
Découvert en 1872 par Casimir Bottin, le dolmen a été également fouillé par Sénéquier, Olivier et Rivière et fu détruit au début du XX ème siècle. Selon Cotte, citant une note manuscrite de Bottin, il avait "la forme de celui de Draguignan" et servait de cave à la maison du Clos de Ricard, ce qui le situe grosso modo à 1,5 km au sud sud-est de Saint-Vallier près de la route de Grasse.

Description
Il s'agissait d'un dolmen sous tumulus, dont la chambre rectangulaires était délimitée par une dalle de chevet de 1,90 m de hauteur à l'est, des murets en pierre sèches au nord et au sud, de dux piliers à l'ouest délimitant une entrée, barée par un seuil, donnant sur un couloir formé par deux orthostates parallèles (1,80 m et 1,95 m de hauteur), reliées à l'entrée par 2 "doubles murs" de pierres sèches. Il était couvert de larges dalles (Senequier, 1875).

Le mobilier archéologique
Il comprenait des ossements humains, "un grand nombre d'éclats de silex, des pointes de flèches (cf fig. 2), une hache polie, des perles olivaires en "pierre tendre noire" et une, plus grosse en cristal (11 à 13, fig. 1), des perles discoïdes. La céramique comprenait deux tessons de couleur rouge jaunâtre à décor incisé - estampé de style Campaniforme provençal : un tesson orné de neuf lignes parallèles incisées, et d'échelles couchées encadrant deux rangées d'impressions losangiques, le second décoré de dix lignes incisées et d'échelles couchées. (15 et 17, fig. 2)

dolmen_arboins
(figure 1 : le mobilier archéologique)

Le mobilier métallique comprenait un anneau (16, fig. 1), une perle en bronze (Cotte), un "rognon composé de cuivre et de fer natif, aplati par l'usage à une extrémité" (cf fig. 2) ainsi qu'un poignard (18, fig. 1) et le bout d'un autre (Goby, 1906)(Grand poignard en bronze du dolmen d'Arboins, Bottin 1899). Le poignard, long de 18 cm, à longue lame et large soie trapézoïdale à sommet arrondi, sans trou de rivet, s'apparente aux poignards du Languedoc, groupe de Fontbouïsse (Courtin, Sauzade 1975) et pourrait dater d'une phase du Chalcolithique antérieure au campanifome. Pour Georges Vindry (1978), il d'agit d'un poignard en bronze, semblable aux modèles signalés dans différentes stations des alpes et datable du Bronze final III.

En mars 1880, une sortie du Club Alpin Français, section Alpes-Maritimes, à destination de Gréolières emmène les participants au village de Saint-Vallier, étape du parcours. C'est Casimir Bottin qui reçoit le petit groupe et en profite pour leur faire découvrir un site mégalithique fouillé par lui-même en 1872, "le tumulus d'Arboins" (dolmen d'Arboins), situé sur la route de Saint Vallier à Grasse, à la hauteur de la Bastide Olivier, sur un coteau à droite de la route."Nous en rapportons une phalangine, une molaire, une incisive, et un morceau de côte très bien conservé et trouvés par nous."
La figure 2, ci-dessous, est un dessin d'Alexis Mossa, peintre niçois, qui présente une partie des objets découverts par Bottin dans la sépulture.


Arboins_-_materiel_Bottin
(figure 2, Relevé topographique et matériel archéologique du dolmen des Arboins fouillé par Bottin, dessin Alexis Mossa)

Bibliographie

GASSIN Bernard, Atlas préhistorique du midi méditerranéen, feuille de Cannes, CNRS, Paris, 1986.

GOBY Paul, Coup d'oeil d'ensemble sur le préhistorique de l'arrondissement de Grasse, 2ème CPF, Vannes, 1906

CHENEVEAU René, Liste des mégalithes, pseudo-mégalithes et tumulus des Alpes-Maritimes, Mém IPAAM, t. XI, p. 93

CASTANIER Paul, Histoire de la Provence dans l'antiquité, t. I, La Provence Préhistorique et protohistorique, Paris-Marseille, 1893

OLIVIER D., Sépultures et dolmens de Saint-Vallier, Matériaux, t. VI, 1875

SENEQUIER Paul, Les Anciens camps retranchés des environs de Grasse, Ann. Soc. Lettres Sciences et Arts des A.-M., t. IV, 1875

RIVIERE Emile, Nouvelles recherches dans les Alpes Maritimes en 1879, Congrés AFAS, 1880

FEVRIER, Quatre jours dans l'arrondissement de Grasse, CAF, section des Alpes-Maritimes, 1880

SENEQUIER Paul, Anciens camps retranchés de la région de Grasse, Ann. Soc. Lettres Sciences et Arts des A.-M., t. VII, 1879


BOTTIN Casimir, mémoire sur dix tombes de l'époque préhistorique à Saint-Vallier, Ann. Soc. Lettres Sciences et Arts des A.-M., t. X, 1885

RIVIERE Emile, De l'antiquité de l'homme dans les Alpes-Maritimes, 1887


GUEBHARD Adrien, Ponnadieu et les environs de Saint-Vallier de Thiey, Bull section des A.M. du CAF, t. XVI, 1896


BOTTIN Casimir, Découverte et fouille de neuf tombes aux environs de Saint-Vallier A.-M., Ann. Soc. Lettres Sciences et Arts des A.-M., t. XVI, 1899

GOBY Paul, Sur les poteries dolméniques de la région de Grasse, 2èm eCPF, Vannes, 1906

COTTE V. , Documents sur la préhistoire de la Provence, Aix, t. IV, 1924

DANIEL G., The prehistoric chamber tombs in France, 1960

RIQUET R., GUILAINE J., COFFYN A, Les campaniformes français, Gallia Préhistoire, T. VI, 1963

TREINEN F., Les poteries campaniformes en France, Gallia Préhistoire, T. XIII, 1970

COURTIN Jean, Le néolithique de la Provence, Mém SPF, t. 11, 1974

ARNAL G.B., Types de parures du Chalcolithique, Et. Préh., 1974

COURTIN Jean, SAUZADE Gérard, Un poignard de type Remedello en Provence, BSPF, t. 72, 1975

VINDRY Georges, Un siècle de recherches préhistoriques et protohistoriques en Provence orientale, Doc. D'archéologie Méridionale, t. 1, 1978


0
0
0
s2sdefault

Localisation et accès

JavaScript doit être activé pour utliser les cartes Google.
Il semble que JavaScript soit désactivé ou non supporté sur votre navigateur.
Pour voir les cartes Google Maps, activez JavaScript en changeant les options de votre navigateur, puis rechargez la page.

Imprimer


Sortie de Cabris vers Grasse, prendre à droite le chemin de Stramousse sur 1 km. Dans un virage à gauche une piste forestière monte à droite en longeant le grillage de 2 villas, 150 m aprés les grillages un petit cairn sur la droite du chemin marque le début d'une trace à suivre en montant à travers les arbustes direction sud sur environs 100 m, passer un muret le dolmen est aprés au sommet (informations A.Chabaud)

dolmen de s...
dolmen de stramousse 1997 dolmen de stramousse 1997


Le Dolmen du Coulet de Stramousse (Cabris, Alpes-Maritimes), a été découvert et fouillé par Paul Goby en 1905


Tumulus rond de 16 mètres de diam.
Chambre carré de 1,50 m de coté formée par 5 dales de calcaire. les côtés sud et nord sont constitués d'une dalle à plat reposant sur un mur de pierres sèches, complété latéralement par un muret de pierres sèches. L'entrée était fermée par un muret de pierres sèches à l'origine et s'ouvre sur un couloir court. La cella était dallée de pierres plates.








ci-contre : topographie effectuée par Paul Goby en 1905 lors de la fouille.

Restes fragmentés "d'au moins" 35 à 40 individus dont plusieurs enfants. Traces de rubéfaction. Restes fauniques (cervus elaphus, capra hircus, canis familiaris)
Mobilier : 85 perles discoïdes en calcaire blanc, sept perles discoïdes en "pierre noire", une perle plus grosse en calcite, une autre "translucide", deux fragments de défense de sanglier, une coquille de cypraea percée, une pendeloque droite en os (7).
Mobilier métallique : deux anneaux fermés, une petite perle coulée de forme tronconique, une perle formée d'une plaquette enroulée, une fibule.
Céramique : Nombreux tesson, un gobelet campaniforme à fond plat (5) (hauteur 13cm, diam. 10cm à l'ouverture) décoré de lignes horizontales au peigne, d'autres tessons décorés de chevrons incisés, un fragment de "vase-biberon" ou de cuillère à manche perforé longitudinalement (6) . Une ecuelle en calotte de sphère.
Datation
: datant du Chalcolithique, utilisé par les Campaniformes, puis au Bronze ou à l'Age du Fer.


dolmen de s...
dolmen de stramousse 1905 dolmen de stramousse 1905

"les bouquets de lavande et la belle vue sur le littoral", tels que le décrivait Paul Goby au début du XX siècle ont fait place à une dense forêt de chênes. Le dolmen ne présente pas de dégradation importante dû à cette progression du couvert végétal, mais le tumulus est aujourd'hui complétement occulté par la végétation et les dépôts d'humus. Ces clichés pris en 1905 traduisent bien ce contraste.

dolmen de s...
dolmen de stramousse 1905 dolmen de stramousse 1905


Biblliographie

GASSIN Bernard
Atlas préhistorique du midi méditerranéen, feuille de Cannes, CNRS, Paris, 1986 - p. 117-119

COURTIN Jean
Le Néolithique de la Provence. Mém. de la S.P.F., T. XI.

GOBY Paul
Description et fouilles d'un nouveau dolmen près Cabris, arrondissement de Grasse (A-M), Le C.P.F., Périgueux, 1905.

GOBY Paul
Coup d'oeil d'ensemble sur le préhistorique de l'arrondissement de Grasse, 2eme C.P.F., Vannes - 1906.

DANIEL G
The prehistoric chamber tombs in France, London, 1960.

0
0
0
s2sdefault