archeoprovence

var

 


 

Fouillé par E. de Pas vers 1900, puis par Paul Goby et Gérard Sauzade en 1972.

dolmen du c...
dolmen du colleton 1974 dolmen du colleton 1974
dolmen du c...
dolmen du colleton 1974 dolmen du colleton 1974
Dolmen du Colleton 1974


Il s'agit d'un dolmen à couloir, orienté Est-Ouest et très dégradé au sein d'un tumulus ovale de 12m X 10m. il en subsiste qu'un fragment de la dalle de chevet, un muret de pierres plates au sud et deux piliers.

Le matériel archéologique comprend six perles discoïdes en stéatite, un fragment de cristal de roche, quelques dents de petit carnassier, l'extrémité distale d'un poinçon en os (collection Goby).
Sauzade a tamisé le tumulus et a découvert des élements provenant des anciennes fouilles de De Pas : trois pointes de flèches perçantes, un perle en os subsegmentée, une alène en os, une perle discoïde en calcite, 136 perles en, stéatite.


Localisation : inventaire des sites et localisation

Datation proposée : Chalcolithique ancien

0
0
0
s2sdefault

Fouillé par E. de Pas en 1910. Le mobilier est conservé au Musée d'art et d'histoire de Provence à Grasse.
Il comprend 3 perles olivaires en pierre verte, une perle globuleuse en calcite, une épingle à tête tréflée à bossettes et enroulement terminal, en bronze ou cuivre datée du Bronze ancien, et deux anneaux ouverts.

Localisation : inventaire des sites et localisation

Datation proposée : Chalcolithique et Bronze ancien

Mons Tholos Pounches 2963

0
0
0
s2sdefault
Imprimer


Situé sur un petit mamelon parmi les pins et les chênes qui ont colonisé cet espace depuis l'abandon des culture.

dolmen de l...
dolmen de la gastée dolmen de la gastée
dolmen de l...
dolmen de la gastée dolmen de la gastée


dolmen_gastee_3

Historique et description

Fouillé en 1948 par le Dr Gérard, ce dernier a remis le mobilier archéologique à Georges Berard qui a entrepris de fouiller les déblais de fouille ainsi qu'une couche en place sous la couverture écroulée.
Edifié au centre d'un tumulus de 16m de diamètre, coupé par une restanque, le dolmen dispose d'une chambre composée de quatre grandes dalles dressées et d'un muret de pierres sèches latéral. De forme carré, la cella est divisée en son milieu, selon un axe nord-sud, par une dalle verticale, qui délimite du côté du couloir une sorte d'antichambre (voir également dolmen des Muraires 1). Le couloir, de 1,60 m de long s'ouvrant à l'ouest est bordé
Lors de sa découverte, la dalle de chevet formant le pilier principal était inclinée vers l'est à l'extérieur de la chambre, ainsi que les piliers ouest inclinés sur la sépulture. La partie supérieure du pilier droit a été arraché lors du déplacement accidentel d'origine sismique comme il a été décrit sur d'autres sépultures mégalithiques du centre var (voir également dolmen de l'Amarron, Brignoles). par deux dalles dressées.
dolmen_gastee(Topographie G. Berard)
La dalle de couverture s'est brisée en deux en tombant dans l'antichambre, tout en restant appuyée d'un côté sur la dalle de chevet, condamnant l'entrée du dolmen. Le propriétaire des lieux brisa un morceau de la dalle dans les années 40 afin d'installer sous la dalle un poste de chasse.

Les matériaux ayant servi à la construction du mégalithe ont été prélevés dans l'environnement immédiat.

dolmen de l...
dolmen de la gastée dolmen de la gastée
dolmen de l...
dolmen de la gastée dolmen de la gastée


dolmen_gastee_2 Les vestiges archéologiques

Trés tôt remarqué du fait de son architecture imposante, le dolmen a été pillé maintes fois et ce depuis l'antiquité (col de balsamaire en verre, petit récipient utilisé pour des rites funéraires romains). Ces perturbations ont rendu impossible un étude sérieuse des niveaux en place. Toutefois, une bande de 40 cm de large sur 1 m de longueur, préservée par la dalle de couverture a pu être étudiée après un tamissage des des remaniements des fouilleurs clandestins et des déblais laissés par le Dr Gérard.



(figure 3 :
dessin G. Berard)
Le lambeau préservé, d'une épaisseur de 60 cm, était composé de deux couches. Une supérieure de 10 à 35 cm de profondeur qui contenait des fragments d'os humains sans connexion, et quelques fragments calcinés. Une couche inférieure de 35 à 60 cm de profondeur contenant de nombreux fragments d'os, certains présentant des traces d'ustion. Cette couche ne semble pas avoir été remaniée anciennement. Une perle biconique en calcite, une perle en calcaire blanc en forme de tonnelet, une armature de flèche sublosangique avec amorce de pédoncule à retouches couvrantes bifaciales ont été également recueillies.

Le mobilier remanié comprend :

Industries lithiques : 2 armatures de flèches à retouches couvrantes bifaciales (14 & 19 fig. 3), 1 fragment de lamelle de section trapézoïdale (12, fig. 3), 1 bitroncature segmentiforme sur lamelle (13, fig. 3).
Parure : 2 valves de pétoncle percées à la charnière (20 & 21, fig. 3), 3 pendeloques arciformes (16 17 & 18, fig. 3), 1 pendeloque en forme de virgule en stéatite (11, fig. 3), 6 perles en forme de tonnelet en serpentine verte (1 à 6, fig. 3), 2 perles en calcaire blanc.
Céramique : 12 tessons sans forme ni décor à pâtes grossières et variées. Les dégraissants employés sont fait de calcaire, de stalgatites, de végétaux (sciure de bois), de quartzite concassée.
Faune : 1 canine de chien, ovicaprinés 6 molaires et prémolaires, 7 incisives, lapin 1 molaire et 1 phalange, 2 os dentaire de lézard, des vertèbres de couleuvre, et cyclostomax élégans et divers hélix pour la malacologie.

Les 30 kg d'ossements humains recueuillis par le Dr Gérard sont tous brisés, soit par crémation soit par piétinement lors des violations. 1600 dents ont été recueillis correspondant à au moins 70 à 80 individus.

Soulignons que le monument a été restauré par G. Berard suite à sa fouille. Trop souvent les opérations de fouilles sont dissociées de la notion de préservation et de la protection durable de ces monuments et les condamnent à disparaître à plus ou moins brêve échéance, phénomène accentué par une nature qui reprend peu à peu ses droits sur le terrain.

0
0
0
s2sdefault
Imprimer




muraires_helene_barge3
(crédit H. Barge, 1987)

Le dolmen des Muraires a été découvert par Georges Bérard dans les années 60. Sa relative protection due à l'environnement végétal le préservait à l'abri. C'est suite à des travaux entrepris par le propriétaire avec un bulldozer qui ont atteint l'intégrité du dolmen que la fouille de sauvetage a été exécutée en septembre 1974.
adrets_3_berard
(crédit G. Bérard)

Description
La chambre en forme de parallélogramme était limitée à l'est par une grande dalle de chevet, au nord (brisée en terre par l'engin mécanique) et au sud par des murets en pierres sèches et à l'ouest par deux dalles entre lesquelles s'ouvrait le couloir. Deux dalles dressées verticalement séparaient la cella en 2 parties. Il est impossible de déterminer si le monument possédait une dalle de couverture à l'origine. Le tumulus mesure 10 m de diamètre environs.

muraires_helene_barge1
(crédit H. Barge, 1987)

muraires_helene_barge2
(crédit H. Barge, 1987)

Les vestiges archéologiques
Après décapage de la surface sont apparus les restes d'une violation du dolmen datant du XVIII è s. ou XIX è s. en relation avec une charbonnière installée contre le tumulus  : tessons de céramique vernisée mêlée à des ossements.

Dans la première partie de la cella, du côté de la dalle de chevet,  le remplissage de la chambre s'étalait sur 2 couches séparées par un lit de pierres plates juxtaposées.

La couche supérieure, mélange d'argile et de blocs contenait de nombreux ossements humains altérés. Dans la partie supérieure du centre et de l'angle sud-ouest de la cella se trouvait un important rejet d'ossements brisés au sein duquel les archéologues ont découverts un demi cristal de quartz (15') portant sur une de ses facettes une couche d'oxyde de cuivre, le talon d'un poinçon en os (25), 1 cristal de roche (14) et un objet en lignite (23), très atypique, sorte de grande perle de 8 cm de diamètre percée dans son grand axe, sans aucune comparaison dans tout le sud de la France. Les objets en lignite voient leur utilisation la plus répandue à la fin de l'âge du Bronze, on peut admettre que cette couche, plus tardive pourrait dater de cette période ( Bérard, 1981).

 

figure 2 : mobilier du
dolmen des Muraires
(crédit Bérard)

muraires_1_berard2
Sous le dallage, la deuxième couche de quelques centimètres d'épaisseur et reposant sur le substratum rocheux à livré très peu d'ossements, des phalanges, des dents humaines et du mobilier :
muraires_1b_berard2 - 1 grande perle biconique
- 1 perle annulaire en calcite (12, fig. 2)
- 2 perles en tonnelet en calcite (11 & 13, fig. 2)
- 11 perles de différentes grosseurs en calcaire blanc et de forme fuselée
- 1 lame de silex brut de 12,5 cm (9, fig. 3)
- 1 armature de flèche sublosangique à retouches envahissantes bifaciales
- 1 armature de flèche sublosangique à retouches marginales sur la face plane (5, fig. 3).

Cette couche correspond à la phase la plus ancienne d'utilisation du dolmen et correspond au chalcolithique provençal.



figure 3 : industries lithiques
dolmen des Muraires
(crédit Bérard)

Dans la partie sud de la cella, de l'autre côté des dalles de séparation, et en relation avec le couloir ou antichambre, se trouvait une couche sans séparation de dallage. Deux niveaux ont donné un fragment de lame et silex et de hache polie en roche verte, 1 cristal de quartz (15'' fig. 2)(suite du fragment trouvé dans la 1ère partie de la cella, couche supérieure), 1 armature de flèche pédonculée à face plane et retouches marginales (3, fig. 3), 1 grande flèche sublosangique face plane à retouches partielles, 1 flèche rhomboïdale ou losangique courte à retouches bifaciales envahissantes (4, fig. 2), 1 lame à retouches plates marginales, section triangulaire avec lustré de faucille sur un bord (7, fig. 3), 1 poinçon en os, partie distale (25, fig. 2).

Dans cette partie, côté sud de l'antichambre, une jambe complète en flexion forcée a été observée, tois crânes étaient placés les uns contre les autres, le plus profond encore en connexion avec ses vertèbres cervicales. A proximité se trouvaient le tibia et le peroné d'un enfant en connexion. L'antichambre est la seule partie de la sépulture où l'on trouve quelques éléments en connexion.

muraires_1c_berard


Hypothèse d'interprétation : l'antichambre serait une sorte de dépositoire, un espace provisoire où les corps seraient déposés, pour une durée plus ou moins longue, avant d'être définitivement inhumés dans la cella. Lors de chaque apport d'un nouveau cadavre dans cette première partie de la chambre, les ossements et les objets déjà inhumés ont été transférés brutalement, d'où cassure de la hache, du cristal de roche et du poinçon en os, trouvés dans la cella. Cependant, des connexions partielles pouvaient encore être observées, ce qui exclurait la décarnisation totale, si nous considérons par décarnisation l'action faite sur le modèle des rites accomplis actuellement en différentes parties du globe. (Berard 1981)

0
0
0
s2sdefault