• PDF

Dolmen de Gaoutabry (La Londes les Maures, Var)

  • Vendredi, 14 Août 2009 16:51
  • Mis à jour Mercredi, 23 Décembre 2009 16:51
  • Écrit par Laurent Del Fabbro
Partager sur: Partager sur: Bookmark Google Yahoo MyWeb Facebook Myspace



gaoutabry
(Dolmen de Gaoutabry, topographie G. Berard)

Découvert par le Baron de Bonstetten en 1876 et identifié par ce dernier comme étant 3 petits dolmens accolés. Cotte en 1924 détermina qu'il s'agissait bien d'un grand dolmen.

Description

D'orientation classique avec un couloir ouvert vers l'ouest / sud-ouest, le dolmen présente toutefois une architecture inhabituelle en comparaison de ceux du département.
La chambre est rectangulaire et allongée, l'antichambre plus courte se prolonge par un couloir se rétrécissant vers l'entrée. La dalle de chevet est séparée des 2 côtés par 2 petits murets de pierres sèches.
Le dolmen, fait de pierres dréssées sur le chant en phyllade prélevées sur le substratum, est le plus long du département du Var (+ 6m de longueur). Le tumulus bien dégradé est difficile a déterminer. Au sommet de certaines dalles on observe des encoches dont il est difficile de préciser l'origine et la fonction.
Berard (1981) y voit la possibilité de vestiges d'une structure en bois couvrant le monument ou/et servant de base à une couverture en lauzes. L'absence de dalles de couverture a proximité va dans le sens de cette hypothèse.
(crédit photo R.Esclair.)
dolmen de gaoutabry
dolmen de gaoutabry

Le matériel archéologique

De Bonstetten aurait trouvé des couteaux en silex et des hâches polies. Des ossements brûlés, une lame en silex brun à lustré de faucille et des tessons à pâte micassée ont été reccueillis par Courtin dans des déblais de fouille clandestine.

En 1975, Brandi et Sauzade ont tamisé les déblais des précedentes fouilles et ont trouvé des armatures de flèches foliacées à retouches bifaciales et bords crénelés, un poignard à soie, et des éléments de parure :
"La tombe collective de Gauttobry fait partie du groupe des dolmens à chambre allongée de Provence occidentale, apparenté aux hypogées de Fontvieille, Bouches-du-Rhône. C'est le dolmen de ce groupe situé le plus à l'est. Il marque ainsi les limites actuellement connues de l'extension orientale de ce type d'architecture funéraire. Bien que presque entièrement remanié lors de fouilles anciennes, son contenu recélait encore de nombreux ossements humains brûlés ayant appartenu à au moins 34 individus et un important mobilier lithique. Les types d'armatures de flèches rencontrés dans cette tombe attestent deux périodes d'utilisation : Néolithique final ou Chalcolithique ancien et Chalcolithique récent"

Ce monument peut-être comparé à celui des Antiquailles par son architecture ou plus lointainement à ceux de Coutignargues, Maurely et du Fraix à Orgon (Coiffard 1975).
dolmen de gaoutabry
dolmen de gaoutabry

Bibliographie
Le dolmen de Gauttobry - Commune de La Londe-Les-Maures (Var), Gérard Sauzade
Bulletin archéologique de Provence, 1989 N°18



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir