• PDF

Dolmen de Colbas, Colle Basse I, ou de Bois D'Amon (Saint-Cézaire-sur-Siagne, Alpes-Maritimes)

  • Mis à jour Mercredi, 11 Avril 2012 22:45
  • Écrit par Laurent Del Fabbro
Partager sur: Partager sur: Bookmark Google Yahoo MyWeb Facebook Myspace

Situé à 3,5 km à l'est/nord-est de Saint-Cézaire, au quartier du Bois d'Amon, sur un replat à 595 m d'altitude. Découvert par Bourguignat en 1866, fouillé apr De Maret le 3 mars 1876, par Goby en 1900 et Sauzade en 1971. inscription MH / arrêté du 26 avril 1989 (cad. B1 282). 50 m au sud-ouest se trouve le dolmen de Colbas 2 ou Colle Basse 2, restauré lors d'une opération menée par l'Institut d'Etudes Niçoises / Conseil Général des AM en 1998.

JavaScript must be enabled in order for you to use Google Maps.
However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser.
To view Google Maps, enable JavaScript by changing your browser options, and then try again.

dolmen de collebasse 1 1960
dolmen de collebasse 1 1960
dolmen de collebasse 1 1960
dolmen de collebasse 1 1960

(Dolmen de Colbas 1, J. Courtin, 1960)


Historique et description

C'est le plus grand dolmen des Alpes-Maritimes. Selon les termes de Bourguignat en 1866 "...le plus important du pays. Ce dolmen que je regrette beaucoup de n'avoir pu examiner est immense, et se trouve construit, aux dires de mes guides, en pierres vraiment colossales".

Dolmen_de_Colbas_plan_1
(doc. 1 topographie de A. De Maret)

La cella (1,80m x 1,60m) est formée de 5 dalles complétées, entre les piliers de l'entrée et les dalles latérales, par des murets de pierres sèches. Les piliers de l'entrée mesurent 1,87 m et 1,65 m. Ils s'ouvrent à l'ouest-nord-ouest sur une antichambre, longue de 2 m et large de 80 cm, formée par deux dalles au nord et au sud, limitée à l'ouest par un seuil d'une hauteur de 60 cm, prolongé par un couloir de 3 m de long sur 95 cm de large. Ce dernier est formé d'un muret en pierres sèches au nord, d'une dalle et d'un muret au sud.

Lorsque De Maret fouilla le dolmen, l'antichambre était séparée de la cella par un seuil formé de deux pierres, l'une à plat et l'autre, verticale reposant sur la première, haute de 70 cm.

Le tumulus mesurait 13 m de long sut 10 m de large et 1 m de hauteur et De Maret remarque qu'il est ceinturé de gros blocs alignés : "il est probable qu'un cercle devait ainsi entourer le monument, comme un cromlech, dont les pierres seraient simplement mises à plat sur le sol." (cf doc. 1)

De Maret précise : "La table (de couverture) qui avait glissé et qui reposait simplement sur la pierre du fond avait 1,80 m de long sur 1,50 m de large, d'un côté et de l'autre. Primitivement, elle devait porter seulement sur la convexité dont nous avons parlé (en fait sur le sommet de la dalle de chevet) et sur les deux piliers de la porte, laissant en dessous à gauche et à droite, un vide de 50 cm. A mon grand regret, j'ai été obligé de la briser, n'ayant pu la faire enlever et désirant fouiller, l'intérieur de la cella et du couloir...." (cf doc. 1, plan en coupe)

On ne peut que regretter, qu'il en ait été ainsi pour plusieurs mégalithes du secteur, comme celui des Puades par exemple, dont la dalle de couverture dépassait les 4 tonnes. Aujourd'hui, dans le département des Alpes-Maritimes, plus aucun dolmen ne dispose de sa dalle de couverture en place. Il faut se rendre dans le département voisin pour pouvoir en observer dans leur état d'origine, comme au dolmen des Adrets à Brignoles. Ceci est le fruit du travail de personnes qui ont contribué à restaurer ces mégalithes :
Barge-Mahieu Hélène, Programme de classement, restauration, mise en valeur, Bilan Scientifique 1992, S.R.A. DRAC-PACA.
La dalle du dolmen de la Verdoline à Saint-Vallier repose près du monument, sur le tumulus. Elle semble être à peu près intacte et pourrait être remise en place si une opération de restauration était engagée.

dolmen de collebasse 1 1974
dolmen de collebasse 1 1974
dolmen de collebasse 1 1974
dolmen de collebasse 1 1974

(Le dolmen de Colbas, M. Gourdon, 1974)


Le matériel archéologique

De Maret distingua 2 couches, l'une formée de terre noire, contenant de nombreux ossements humains, parfois entiers, au dessous de laquelle se trouvait un pavage irregulier de pierres plates du côté gauche (nord ?) de la cella seulement. La deuxième couche, au dessous du pavage, contenait des ossements humains très fragmentés dans une terre rouge. Il signale aussi des traces de feu, dans la cella, à droite et à gauche de l'entrée.


Dolmen_de_Colbas_plan_2
(doc. 2 le matériel archéologique découvert par A. De Maret)

De Maret indique que "la sépulture avait été certainement violée à une époque reculée car rien n'y était en place". D'autres préhistoriens de l'époque ont remarqué ce désordre habituel dans les sépultures collectives, qui bien souvent ont connu de multiples réutilisations, perturbant ainsi les dépôts précédents. Dans le cas du dolmen de Colbas 1, Sauzade a receuilli lors de sa fouille une monnaie italienne de 1639, qui confirme l'obdervation de De Maret.

De Maret recueille de nombreux ossements humains, 597 dents et Paul Goby une cinquantaine de dents dans les déblais.

Le mobilier comprenait une pendeloque à ailette en os, une perle olivaire en métal (bronze ou cuivre), de tessons inornés (De Maret), de 5 perles en stéatite et d'un pièce de monnaie du XVII ème siècle (Sauzade). De Maret signale un humérus de lièvre et une incisive de porc.

La pendeloque à ailette et les perles en stéatite évoquent le chalcolithique ancien, tandis que la perle métallique pourrait être plus récente (Chalcolithique récent ou Bronze ancien) (Gassin)



La pendeloque à ailettes globulaires (doc 2. F.2) est largement recensée dans le Sud de la France (Bordreuil, 1966 ; Barge, 1982 ; Barge et Bordreuil, 1990-1991 ; Costantini, 1990 ; Philippon 2002). Elle est également présente dans le Jura (lacs de Chalain et Clairvaux) (Voruz, 1985 ; Pétrequin 1988 ; Barge et Bordreuil, 1990-1991). Quelques exemplaires sont aussi connus en Suisse (Bordreuil, 1966 ; Archéologie fribourgeoise 1982 ; Barge et Bordreuil, 1990-1991 ; Ramseyer 1995), en Italie, en Espagne, ensuite à Malte où là, uniquement, la parure est en roche verte (Barge et Bordreuil, 1990-1991).

Les avis partagés des auteurs sur l’interprétation symbolique font référence aux organes sexuels masculins pour la majorité d’entre eux, bien que cette interprétation ait été « farouchement combattue par A. et G. de Mortillet en 1881 ainsi que D. Garrod et D. Bate en 1937 » selon M. Bordreuil (1966) et aux attributs sexuels féminins -représentant les seins- pour L. B. Bréa en  et F.-X. de Jaurégui en 1948 (morphologie qui évoque la polymastie lorsque les pendeloques possèdent trois ou quatre lobes), selon  M. Bordreuil (1966).

L’outillage préhistorique qui a servi à produire les pendeloques à ailettes est impossible à détecter. L’idée d’utiliser des micro-perforateurs se rapprochant du microlithe de Clairvaux (Pétrequin 1988), pour perforer les pendeloques en forme de hache (Pauc et al., 2004), a été reprise pour les pendeloques à ailettes. La reconstitution plausible et les traces obtenues sur le matériel lithique donnent quelques indications non négligeables.

Références : PAUC P., MOINAT P., REINHARD J. 2005 : Description de la fabrication expérimentale du grain d’enfilage en akène de Lithospermum de type 2 et de la pendeloque à ailettes globulaires. R. Tichy (SEA) & R. Paardekooper (EXARC) directeurs, euroREA 2, Society for Experimental Archaeology Hradec Králové, Czech Republic and EXARC, p. 40-54.


Bibliographie

GASSIN Bernard
, Atlas préhistorique du midi méditerranéen, feuille de Cannes, CNRS, Paris, 1986.

BOURGUIGNAT Jean-René, Monuments mégalithiques de Saint-Cézaire, près Grasse, Mémoire de la société des Sciences Naturelles et Histoire, des Lettres et Beaux-Arts de Cannes et de l'arrondissement de Grasse, t. V, 1875.

GOBY Paul, Coup d'oeil d'ensemble sur le préhistorique de l'arrondissement de Grasse, 2ème CPF, Vannes, 1906

MARET A. de, Dolmen de Colbas près de Saint-Cézaire (Alpes-Maritimes), Congrès Archéologique de France, XLIIIe session, Arles, 1876.

MARET A
. de, Les dolmens de Saint-Cézaire, Matériaux t. VIII, 1877

RIVIERE Emile, Nouvelles recherches dans les Alpes Maritimes en 1879, Congrés AFAS, 1880

RIVIERE Emile, De l'antiquité de l'homme dans les Alpes-Maritimes, 1887

CASTANIER Paul, Histoire de la Provence dans l'antiquité, t. I, La Provence Préhistorique et protohistorique, Paris-Marseille, 1893

GOBY Paul, Sur les poteries dolméniques de la région de Grasse, 2ème CPF, Vannes, 1906

GOBY Paul, Présentation de diverses photographies inédites du Dolmen de Colle-Basse à Saint-Cézaire, Congr des Sociétés Savantes de Provence, Marseille, 1906

COTTE V., Documents sur la préhistoire de la Provence, Aix, t. IV, 1924

COURTIN Jean, Les dolmens à couloir de Provence orientale, l'Anthropologie, t. 66, 1962

RIQUET R., GUILAINE J., COFFYN A, Les campaniformes français, Gallia Préhistoire, T. VI, 1963

CHENEVEAU René, Liste des mégalithes, pseudo-mégalithes et tumulus des Alpes-Maritimes, Mém IPAAM, t. XI, p. 91-92, 1968

COURTIN Jean, Le néolithique de la Provence, Mém SPF, t. 11, 1974


GOURDON Michel, Le néolithique et l'Age du Bronze dans les A.-M., mém. de maîtrise d'histoire, Université de NIce, 1976.

SAUZADE Gérard, Les deux tombes du Prignon et les dolmens de Saint-Cézaire, 1979.

AMBERT P., Le coffre de Combe Marie à la Livinière (Hérault) et les sépultures à incinération pré-hallstatiennes du Midi de la France, Gallia Préhistoire, 1976

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir