archeoprovence

var

Localisation et accès

Coordonnées : Lat = 43.372778°  Long = 6.019167°
Carte 3345 OT – TOP25 pli AB/9 marqué sur la carte à la cote 642 en 4806,50 – 258,42.

On y accède par le vallon de Candelon au départ de la carrière. Dans la montée on passe devant le dolmen du ROY (formation rocheuse naturelle, aménagée en abri) et la source du Gaulois.(infos Regis Esclair)

JavaScript doit être activé pour utliser les cartes Google.
Il semble que JavaScript soit désactivé ou non supporté sur votre navigateur.
Pour voir les cartes Google Maps, activez JavaScript en changeant les options de votre navigateur, puis rechargez la page.

Imprimer


Cette sépulture, contrairement à la majorité des dolmens varois, n'est pas positionée sur un sommet mais à la rupture de pente d'un vaste plateau situé entre deux sommets du massif de l'Amarron.

Description

Le dolmen est entouré d'un tumulus de 5 à 6 m de diamètre. La cella, rectangulaire, de 1,64 m de long à son fond dépourvu de dallage. Elle est limitée à l'est par une dalle dessée de chant de 1,54 m sur 0,15 m brisée en deux parties, au nord et au sud par 2 murets, et à l'ouest par une porte de 0,32 m limitée par 2 piliers. Celui au sud présente 2 cercles de 9 cm de diam. symetriques par rapport à l'axe central du pilier. Ils pourraient correspondre aux seins ou aux yeux d'une stèle anthropomorphique (Roudil, Berard, 1981).

dolmen de l...
dolmen de l'amarron (Brignoles) dolmen de l'amarron (Brignoles)


Les vestiges archéologiques

La couche archéologique, unique, de 30 cm, contenait les restes d'au moins 15 individus, 12 jeunes adultes et 3 enfants. Des caractères communs aux restes laissent penser qu'il s'agit de personnes ayant peut-être des liens de parenté. Les éléments recueillis sont trés dégradés. Un vase en céramique très altéré rempli d'argile pure au dessus duquel se trouvait une série de dents de lait en germe d'un bébé et une diaphyse indéterminable, 5 perles en tonnelet, dont 3 en calcaire cristallisé et 2 en serpentine bleue, 1 armature de flèche à retouches bifaciales et amorces d'ailerons complètent le mobilier. 

Comme la plupart des dolmens, les dépôts ont d'abord été placés contre les parois nord et est de la cella, pour gagner ensuite les parois adjacentes.
Le rejet à plus d'un mètre de la dalle de couverture et l'inclinaison des piliers (déjà observés ailleurs : ex au dolmen de Brignoles) semblent conforter la thèse d'une secousse sismique importante qui aurait frappé le région du moyen Var. Elle remonterait à l'âge du Bronze selon les observations faites sur les autres mégalithes, mais cette hypothèse doit être confortée (Roudil, Berard, 1981).

0
0
0
s2sdefault


Dolmen des Adrets 1 (Brignoles, Var)

Localisation
(43°25′38″N 06°03′35″E)


Imprimer


dolmen de b...
dolmen de brignoles 1 dolmen de brignoles 1


Le monument, restauré à la fin des années 80, est inclus dans un tumulus de pierres de 8 à 10 m de diamètre.
Le dolmen possède une chambre sépulcrale rectangulaire, limitée à l'est par une dalle de chevet plantée verticalement mais inclinée. A l'ouest s'ouvre un couloir de 1,62 m de long, découvert lors de la fouille Berard. La dalle de couverture évaluée à 10 tonnes, repose en partie sur le tumulus.
La porte s'ouvre entre deux piliers de hauteur inégale, celui de gauche a semble-t-il été brisé lors d'un déplacement de la dalle d'origine sismique.
La chambre est complétée au nord et au sud par 2 murets de pierre.
Le monument a subit de nombreuses agressions dans le passé du fait de sa structure en abri : cabane de charbonnier, abri de chasseurs et violations remontant à l'antiquité ayant touché le fond de la chambre !


Dolmen des Adrets 1
Crédit Photo : M. Royon

Le mobilier archéologique

Les fouilles réalisées par Berard ont mis en évidence différentes niveaux archéologiques :

Couche A - Remaniée et compremant des éléments témoignant des violations antérieures : céramique gallo-romaine du IIe siècle, céramique du XIIè et XVIè s., pierres à fusil, cartouches et une monnaie de la III ème république. Le mobilier se compose de nombreuses perles (9, fig. 2), plus de 60 (bauxite, stéatite, os et calcaire) et pendeloques (4, 5 fig. 2), une trentaine (os, cristal de roche (22, fig. 2), canine de renard (16, fig. 2), coquillages méditerranéens perforés et opercule de Turbo).
Le mobilier métallique, se compose de 7 fragments d'un bracelet en bronze décoré de sillons transversaux.
Les industires lithiques comprennent 2 armatures de flèches foliacées, un tronçon d'armature de flèche à retouches bifaciales  et un fragment de petite lame trapézoïdale. 7 fragments grenus de céramique modelée complètent cette couche.
Les restes fauniques : sanglier, mouton, âne, lézard ocellé et des centaines de vertèbres de serpent de différentes espèces.

La couche B contient une grande quantité d'ossements humains brisés, une pointe de flèche de section triangulaire et de forme losangique, 5 perles (18, fig. 2), 3 pendeloques (19, fig. 2), 3 cônes percés, 1 dentalium, 1 fragment de bracelet signalé dans la couche A.
La faune est représenté par la fouine, le surmulot, le lézard ocellé et 25 vertèbres de tailles diverses provenant de différentes espèces de serpents
adrets_1_berard1
figure 2 :
le matériel archéologique (Berard)
couche A = 9,15,4,5,22,16,11
couche B = 18,19
couche C = 21,14,10,11,12,13,23


La couche C au contact avec le fond dallé contient des éléments en place, pour l'essentiel des ossements humains incinérés. 5 flèches à retouche bifaciale, une grosse perle en calcaire de forme hexagonale (21, fig. 2), 1 perle cylindrique en calcaire blanc (14, fig. 2), 1 perle en os en forme de tonnelet (10, fig. 2), 65 perles en stéatite et bauxite, 6 perles en bauxite rouge, 7 cônes percés, des dentales (11, 12, 13 fig. 2), 1 fragment brûlé d'anneau en bronze, 1 objet indéterminé réalisé dans une énorme défense de sanglier (23, fig. 2), 1 fragment de carapace de tortue fossile du danien du Val. Quelques menus tessons.
Des restes de lapins, de lézard et de serpent ont été prélevés mais les vioaltions anciennes ayant perturbé les niveaux, il est difficile d'en tirer des interprétations.

1200 dents humaines ont été recueillies dans les différentes couches. Elles proviennent tout aussi bien d'enfants, d'adultes que de vieillards.



Dolmen des Adrets 2 (Brignoles, Var)

Localisation
(43°25′29″N 06°03′17″E)


Découvert en 1962, il été recouvert par un cairn. Contruit sur un tumulus très dégradé dont la périphérie a été renforcée par un mur à double parements. A sa découverte, seule la dalle de chevet dépassait du sol. Cette relative discrétion lui a permis d'échapper aux pillages.

Imprimer


dolmen de b...
dolmen de brignoles 2 dolmen de brignoles 2


La chambre sépulcrale de forme carré mesure 1,30 m de côté. Elle est délimitée à l'est par la dalle de chevet. (1,58 m X 1,30 m), à l'ouest par 2 piliers qui délimitent une porte (absence de couloir), au nord par un muret de pierres plates et au sud par un second muret incomplet.
Lors de sa découverte, le pilier sud de la chambre était brisé et entérré dans celle-ci. La pierre a été ainsi préservé de l'agression des agents athmosphérioques et les archéologues ont pu constater que le contour et les arêtes du piliers avaient été volontairement arrondis par bouchardage au maillet de pierre.

L'interpretation des archéologues laisse à penser que le dolmen a été utilisé au moins 2 fois avec vidage de la chambre entre les 2 occupations.

Le mobilier archéologique


Le mobilier comprend : fragments d'un vase à fond plat, de facture locale (dégraissant) (couche A), des ossements humains incinérés provenant de 2 à 4 dépôts successifs (couche B).
La fouille a permis de déterminer la façon dont les dépôt s'étaient déroulés dans le temps : les premiers ayant débutés dans l'angle nord-ouest et s'étant constitués peu à peu par accumulation succésives juxtaposées en direction de la paroi ouest. Le dernier dépôt étant celui du crâne N°1.

La couche B a donné des fragments de céramique, une pointe de flèche folicée, des pendeloques (coquillages, sanglier et cerf), des perles, un anneau filiforme en cuivre ou bronze et un anneau de bronze. Quelques restes fauniques complètent cette couche. Les ossements humains comprennent entre autres 1 crâne et sa mandibule, 5 mandibules à peu près complètes. 629 dents, adultes et enfants.

La couche C a livré quelques perles en roche, quelques tessons et un anneau metallique témoignant d'une utilisation plus récente du monument. Quelques perles (tonnelet et rondelle) et une pendeloque à pointe en os. Dix tessons appartenant à un même vase de forme globulaire, 3 tessons en contact avec des molaires en germe d'un jeune veau. Restes faunique : serpent, lézard et veau. 96 dents humaines.


dolmen de b...
dolmen de brignoles 2 dolmen de brignoles 2




Dolmen des Adrets 3
(Brignoles, Var)

Localisation

dolmen de b...
dolmen de brignoles 3 (brignoles) dolmen de brignoles 3 (brignoles)


Découvert en 1962, il est constitué de dalles dressées à l'ouest et à l'est et de murets limitant la chambre sépulcrale au nord et au sud. Son architecture et orientation sont voisines des 3 autres monuments. Il ne possède plus de dalle de couverture. Mesurant 4m de long sur 2 m de large, il est inclus dans un tumulus de pierraille de 6m de diamètres dont on suppose que de nombreuses pierres ont été prélevés pour la construction d'un mur voisin.
La chambre est délimitée à l'est par une dalle de 2,75 m dressée de chant, au nord et au sud par des murets, et à l'ouest par une porte de 0,45 m de largeur. Le fond de la cella n'était pas dallé, ce qui est plutôt rare en comparaison des dolmens du secteur.

Une violation importante du dolmen remontant au VI ème s. a été observée et datée grâce à des tessons. Les déblais de cette intrusion on été retouvés dans la partie nord du monument. Un tiers du volume de remplissage semble avoir été déplacé à cette occasion.

adrets_3_berard
(Dolmen des Adrets 3 / Berard)


Le mobilier archéologique

Le mobilier funéraire se compose surtout de perles en forme de tonnelet (calcite et serpentine). Les dépôts plus récents comptaient comme offrande des perles en rondelles (stéatite, os, vertèbres de poisson, bauxite).

Dans la couche 1a supérieure juste au dessous de la violation, deux dépôts funéraires en place ont été observés : un crâne couvert d'une centaine de perles en rondelles de facture locale (bauxite rose, noircie au feu pour peut-être imiter les perles d'importation). Un deuxième dépôt moins complet accompagné d'un collier fait d'une soixantaine vertèbres de poisson percées.


Dans la couche inférieure 1b, 4 dépôts moins bien conservés car plus anciens ont été observés.
Parmi ceux-ci on note la présence d'un crâne et des ossements d'enfant accompagnés de perles tonnelet et de perles à coche. Au cente du dolmen les restes d'un autre enfant ont échapés à la violation ancienne. Ce dépôt contenait des vertèbres de serpent, un perle plate en calcaire, des os dentaires de lézard.

La faune de ces deux couches comprend : lapin, écureuil, mouton, renard, fouine, hérisson, lézard ocellé, serpents (espèces locales).

572 dents appartenant à une trentaine d'individus au total.

La parure est composée de :
11 perles olivaires en serpentine, 1 perle en calcite, 1 perle en test de coquillage (spondyle) avec renflement médian (objet unique dans le Midi, ressemblant aux perles en métal du chalcolithique languedocien), 1 perle en test de coquillage et renflement médian et perforations obliques, 1 coquille de dentale, 6 perles à coche en os, 1 petite perle en callaïs, 1 pendeloque en test de coquillage, 3 perles annulaires (calcaire, calcite, callaïs - roche verte), 2 pendeloque (quartz et coquillage). 294 perles en rondelles complètent le mobilier, 1 perle en calcaire, 2 fragments de perle annulaire, 3 tessons d'un coupe Bronze final III, 2 dentales et 2 éclats de silex.


Dolmen des Adrets 4 (Brignoles, Var)

Localisation


A 100 m au sud du dolmen II

dolmen de b...
dolmen de brignoles 4 (brignoles) dolmen de brignoles 4 (brignoles)


- Le dolmen IV des Adrets (Brignoles), HAMEAU P. ; PAHIN-PEYTAVY A. C. ; VIGARIE H. ; Cahier de l'ASER 1989
Résultats d'un sauvetage entrepris à la suite de fouilles clandestines dans ce 4e dolmen des Adrets, Brignoles, Var. Céramique, industrie lithique et parure de type campaniforme. Le matériel anthropologique laisse supposer l'existence de 55 à 70 inhumations. Faune dominée par les reptiles. Le dolmen IV semble être le dernier érigé de l'ensemble des Adrets. Au total, une population de 150 à 200 personnes serait inhumée dans ces 4 monuments, population dont on ne connaît pas l'habitat.



Bibliographie


- Quatre sites funéraires chalcolithiques du Centre-Var : Le point de vue de l'anthropologie = Four Chalcolithic funeral sites of Centre-Var : The anthropological point of view, REYNAUD C. ; Cahier de l'ASER, 1997

0
0
0
s2sdefault
Imprimer


dolmen de l...
dolmen de la verrerie vieille dolmen de la verrerie vieille


Historique

Découvert et fouillé en 1876 par le docteur Olivier (Olivier 1977), médecin à Montauroux. Fouillé à plusieurs reprises et notamment par Goby en 1929 (Goby 1930), cité par Cotte en 1924, Daniel en 1960 et Courtin en 1962.

Description
Il s’agit d’une structure longue de 3m et large de 2m formée de 5 grandes dalles de grès séparées par des murets de pierres sèches ; deux d’entre elles encadrent une ouverture prolongée par un couloir de 4 m de long environ orienté vers l’Ouest , vers le soleil couchant. Une dalle est disposée en travers de la chambre funéraire et partage cette dernière en 2 parties égales . Le dolmen est enserré dans un tumulus fait de pierres et de terre, de 26 m de diamètre et de 1,80 m de hauteur. La dalle de couverture a disparu.

dolmen de la verrerie vieille
Le dolmen de la Verrerie Vieille en cours de fouilles, cliché Paul Goby 1929


Mobilier et restes humains

Le dolmen contenait les restes d’une trentaine d’individus.
Le mobilier comprenant le matériel récolté par Olivier et Goby comprend :
1 grande lame de silex
1 pointe foliacée biface de 12 cm de long
1 petite hache polie en roche verte
16 flèches foliacées à retouches bifaciales
2 cristaux de quartz hyalins percés
pendeloques arciformes en test de mollusque en calcaire et stéatite
1 perle tubulaire en stéatite et renflement médian
1 anneau en stéatite
1 fragment de brassard d'archer en schiste de forme rectagulaire à 2 perforations
2 alènes bipointes de section carré en cuivre
2 pointes bifides en cuivre
1 bol en céramique non décorée, à fond rond, avec une anse en ruban (hauteur 9 cm, diamètre 13 cm)

verrerie_vieille_goby_2b

Le matériel du dolmen de la Verrerie Vieille (fouilles Olivier) à l'exclusion des documents figurant dans le haut de la planche, cliché Paul Goby 1929

Goby fait mention du tumulus de la Verrerie Vieille à 300m au sud du dolmen, il aurait recueilli au cours des fouilles "quelques ossements humains, des poteries grossières, deux silex genre grattoirs". Ce tumulus est aujourd'hui détruit.



Le site du Jas de la Maure (d'après un article publié dans les mémoires de l'IPAAM, t. 58, 2006)

A 300 m environ au Sud du dolmen se trouve un petit bois au milieu des champs dans lequel on note la présence de vestiges mégalithiques.


JavaScript doit être activé pour utliser les cartes Google.
Il semble que JavaScript soit désactivé ou non supporté sur votre navigateur.
Pour voir les cartes Google Maps, activez JavaScript en changeant les options de votre navigateur, puis rechargez la page.

Imprimer



Les dalles, ou orthostates de 4 ou 5 tumulus/dolmens détruits en 1954 par des ouvriers agricoles à la demande du propriétaire du terrain. Ces dalles imposantes semblent pour certaines avoir appartenu à des monuments aussi imposants que le dolmen de la Verrerie Vieille

3 tumulus accolés les uns aux autres de 15 m environ de diamètre imbriqués les uns dans les autres et présentant des traces de pillages anciens et récents. Sur le bord d'un des tumulus, gît un bloc de grès de 1,20 m de long environ, présentant une croix gravée à son sommet.

2 pierres levées de 1,30 m de haut environ. L’une se dresse sans doute à son emplacement d’origine ; la seconde qui gisait à proximité aurait été redressée ce qui a occasionné une cassure et lui donne un air penché. D'après les dires d'un ouvrier, ces pierres se trouvaient déjà à cet emplacement en 1954. Les trous visibles sur les pierres auraient été creusés à ce moment là.

Différentes pierres et indices d'aménagements complètent cet ensemble mais les remaniements empêchent toute interprétation dans l'état actuel des choses. Le jas de la Maure est un site archéologique important dont l'occupation a couvert une longue période chronologique, de la préhistoire à l'antiquité, en témoignent les nombreux tessons gallo romains encore visibles sur place. En 2002, les terrains agricoles périphériques au site se sont vus enlevés une quantité de terre importante destinée au golf de Tourrettes. Il est évident que de nombreux vestiges ont par la même occasion disparus définitivement.

0
0
0
s2sdefault
Imprimer

Situé à 5km de Mons, dans l'enceinte du camp militaire, près de la chapelle St Marcellin, ce mégalithe a été fouillé par E. de Pas. vers 1910, Courtin et Vindry en 1961, revu par Sauzade en 1972. La chambre, carrée mesure 1,70m de côté est composé de grandes dalles et de murets au Nord et Sud. Le couloir orienté à l'ouest est composé de dalles et de pièrres sèches et dispose encore d'une dalle de couverture. Le tumulus de 14,50m de diamètre est entourée par un cercle de pierres. Seule une partie du mobilier est connue : Quelques perles discoïdes en stéatite, une perle en tonnelet, 7 canines de renard percées, un ciseau en os, un bouton rond à perforation en V évoquant le Campaniforme. (Matériel conservée au Musée de Grasse)
Vindry a découvert un épingle en bronze à tête en massue perforée horizontalement (Bronze moyen).
Courtin signale un anneau spiralé de section quadranglaire.
Sauzade a mis au jour un perle discoïde en calcite et quelques restes osseux. Chalcolithique et remaniement tardif.
Une partie du matériel provenant du dolmen de Saint-Marcellin :
canine de renard percée, anneaux spiralés
et épingle en bronze à tête en massue


perles en tonnelets


(photos M.R.)
0
0
0
s2sdefault
Situé près de Mons par P. Goby (1930), ce mégalithe n'a pas été retrouvé. Il est vraisemblablement proche de la ferme de Bourigaille, près du dolmen de Peygros. Roudil et Berard, dans leur ouvrage sur les sépultures mégalithiques du Var assimilent ce monument au dolmen de Peygros mais cela paraît peu probable, car Goby lors du Congrès Rhodania en 1929 présente des clichés des deux mégalithes qu'il site distinctement.
0
0
0
s2sdefault